EXCURSIONS
 
   
  • Το Αρχαίο Θέατρο της Επιδαύρου
  • Ναύπλιο, το φλούριο του Παλαμιδίου
  • Οι Μυκήνες
  • Αρχαία Τροιζήνα
  • Οι Θολωτοί Τάφοι της Μαγούλας
  • Ο Ναός του Ποσειδώνα

A. En animaux ou en marché, des montées sont organisées pour que le visiteur connaisse l’arrière-pays et les Monastères qu’il y a sur l’île. Commençant par l’église du protecteur de l’île du Saint Constantin d’Hydra, de la colline de Kiapha on traverse le sentier qui amène au Monastère du Prophète Lias.

Il s’agit d’un beau Monastère simple pour les hommes, où Théodoros Kolokotronis a été emprisonné pendant quelques années. Pendant le parcours on rencontre une très belle fôret de pins, et dans la région d’Anciennes Religieuses, un ancien Monastère pour les femmes. Dans la cour du monastère du Prophète Lias il y a une citerne d’eau potable, un aire et des écuries. Le parcours d’Hydra est facile et on met 45 minutes environ.

Près du Monastère du Prophète Lias, il se trouve le Monastère de la Sainte Eupraxies. L’église du Monastère est construite en 1821 et dans l’enclos vous pouvez voir et acheter de très beaux travaux à l’aiguille.

Dans une proche distance du Monastère du Prophète Lias il y a la montagne la plus haute de l’île, la montagne Eros (598 mètres). De ce point il y a une vue panoramique de l’île, du golfe Saronique et de la large Myrtoo. Le parcours du Monastère du Prophète Lias jusqu’au sommet est difficile et on met 15 minutes environ.

Sur le port, la première rue à gauche conduit à la région bien plantée du Monastère de Sainte Fotini. En continuant le parcours, on suivit le sentier de terre et un peu après on rencontre le « Moulin », un bâtiment de pierre du 18ème siècle, qui était une unité de production et de transformation du blé. A ce point, la rue se sépare en deux sentiers, qui conduisent aux Monastères de la Sainte Matrona et de la Sainte Trinité, où « l’Inaccessible » s’applique.

La rue côtière qui conduit à Mandraki se partagent  et monte vers le Monastère de femmes du Saint Nicolas du 17ème siècle, qui se trouve à l’hauteur de la montagne Obori. La rue est de terre et facile à traverser. Pendant ce parcours le promeneur a la chance d’admirer la vue unique qui compose un paysage sauvage mais à la fois d’une beauté si hospitalière.

Au bout de l’Est de l’île historique d’Hydra et sur le plateau rocheur inféconde de Haut Zourva se trouve, isolée du monde– on peut dire –le Monastère Sacré de Naissance de Mère de Dieu. Il s’agit d’un très beau Monastère, d’une vue unique, qui a été fondé en 1814.

Apres Palamida, de la plage du « Mole » commence une rue de terre qui traverse une forêt de pins et aboutit à Episcopi, où se trouvent les restes de la colonie préhistorique. D’Episcopi, on va à Zoyeri, sur la côté de l’ouest de l’île ou dans la région côtière de Nissiza.

Le manque de rues et l’interdiction de véhicules à roues à Hydra rend indispensable le moyen maritime pour qu’on connaisse les belles plages et les côtes de l’île. En bateau ou en barque ou en taxi maritime, on part du port vers l’ouest, on surpasse « Spilia » et « Periptero », « Avlaki » et « Kaminia » et on arrive à « Vlychos », une colonie côtière.

Ensuite, à l’ouest de « Vlychos », se trouve une très belle plage sableuse de « Palamida » et juste au-delà, après le rocher Zastani la plage isolée du Saint Cyprianos. Puis c’est la plage de « Mole », sur les côtes du nord-ouest de l’île, une grande et belle plage. La prochaine plage est celle de « Kaoumithi », une plage de grosse sable et on arrive à la baie de Bisti avec sa grande plage sablonneuse.

Près du cap de Bisti sur la côte d’ouest de l’île, il y a la très belle plage du Saint Georges, qui se trouve entre deux collines boisées de pins. Sur les rochers au dessus de la plage domine la petite église du Saint.

Passant par le bout du sud-ouest de l’île, on arrive à la baie du Saint Nicolas, où on trouve une plage isolée, à la baie du golfe, de cailloux et d’eau cristalline.

A l’Est, on rencontre Nissiza, une belle plage de pins, au point où c’était auparavant le port marchande de l’ancienne colonie d’Episcopi et en continuant le parcours, on arrive à Klimaki, une région côtière avec nombreuses maisons de campagne, des chapelles (Saints Taxiarches) et de belles plages.

Après « La Grotte de la Phoque » et le cap de « Rigas », il y a la plus belle plage de la côte du sud de l’île, « Limnioniza ». En accomplissant le circumnavigation, on passe par les côtes escarpés du sud-est et du nord-ouest il y a le cap de « Zouvra » et on arrive à la dernière baie, avant le port d’Hydra, à Mandraki », l’ancien port guerrier de l’île.

Mandraki se trouve au fond d’une baie fermée, il a une plage organisée, un Hôtel complexe et il se trouve juste quelques minutes d’Hydra.

B. Sauf la tournée et les proches excursions dans l’arrière-pays, il y a aussi le tour d’Hydra, une excursion d’un jour, qui a lieu  tous les jours en caïque qui part à 11h00 le matin par le port et visite les côtes de Péloponnèse et d’autres lieux de l’île. Il y a plein de temps pour nager dans les petits golfes de l’île et prendre des repas simples sur la plage avant de retourner l’après-midi au port.

C. Vous pouvez louer une voiture en  partant de Metochi, qui se trouve en face d’Hydra, et visiter les régions archéologiques de Péloponnèse de l’Est, comme l’Ancien Théâtre d’Epidaure, le palais du roi Agamemnon à Mucines, la belle ville de Nauplie et les châteaux médiévaux ou Trizina Antique et les deux tombeaux en forme de dôme antiques de Magoule à Galata. En passant en face par Galata à Pôros en en un petit ferry boat, vous pouvez aussi admirer le Temple de Poséidon, dans un des plus beaux emplacements de l’île.

D. En flying dolphins vous pouvez partir le matin et retourner l’après-midi, en faisant une randonnée d’un jour soit à Pôros, soit à Hermione, soit à Spetses soit à Porto Cheli.

Organisation des croisières d’un jour à Pôros, à Hermione, à Dokos, à Spetses, à Porto Cheli et en juillet
et en août en bateau au festival d’Epidaure